• Nature, Voyage & Poésie

     

    Ô bruyère, bruyère,  ce rose éclatant, ces violets pourprés,  Ces épis de corail aux grains serrés,  Ici, les pins tendent si haut leurs parasols  Que les vents de la dune se prélassent  Et que le soleil joue à pile ou face,  Librement, sur tes chauds tapis couvrant le sol…   Et c’est comme une flamme au ras des sables,  Un couchant rouge et mauve interminable  Sous les hauts parasols,  Quand tu fleuris, bruyère…   Tes fleurs…tes fleurs sont le tapis  D’un temple ouvert, bourdonnant de prières…  Entre les piliers bruns, des parfums assoupis  D’encens et de résine,  Des parfums d’immortelle et de mousse marine  Accompagnent le tien, bercé dans l’air…   Et ton âme d’ici, je la découvre  De ce wagon-joujou courant près de la mer,  Au seuil de ces pays roses et verts  Qui s’ouvrent  Sur le vert et le rose argentés de la mer…

    ( Photo prise sur une façade vitrine )

     

     

     

    Bruyère de Bretagne 

     

     

     

     Sabine Sicaud, Poèmes Cahiers de France, 1926 

    « Souffle ! ~ People.Street.Art.Peace ~ »

  • Commentaires

    1
    Samedi 4 Février à 00:59

    Une très belle lumière et de belles couleurs. C'est beau!

      • Vendredi 10 Février à 20:55

         

         

        Je trouve qu'il y a une belle luminosité en ce moment,

        entre pluies et éclaircies ...    cool

        J'aimerais prendre du temps pour faire un tour

        sur tes riches et belles captures.   yes

        Alors à Bien Tôt ...  BizOux Gaya

         

         

    2
    Samedi 4 Février à 09:19

    Très belle ambiance et des couleurs superbes.
    Bise et bonne journée Mag

      • Vendredi 10 Février à 21:02

         

        Oui, j'aime la luminosité de ces jours d’hiver    cool

        Merci de venir en  Ballade dans la Bruyère    

        Je trouverais du temps pour venir admirer l'ambiance

        de tes surprenants clichés  yes

        A Bien Tôt Pascale

         

    3
    Samedi 4 Février à 09:36

    Ambiance poétique, j'aime beaucoup

    Merci

    4
    Samedi 4 Février à 11:01

    Très apaisant,  jolie photo,
    et on dirait un mouton dans cette bruyère..
    Belle journée - Bisous

      • Vendredi 10 Février à 21:26

         

        Bruyère de Laine ...  cool

        Biz Estelle

         

         

    5
    Samedi 4 Février à 19:49

    C'est touchant le poème de cette petite fille mais il manque le début...

    J'ai trouvé qu'il y avait quelque chose qui ne collait pas dans ce poème.. alors j'ai fait des recherches... Je sais... je suis chiante!!! mais en général la poésie a une musique et là il manquait des notes yes

    Merci ! de nous avoir fait découvrir cette jeune poétesse disparue trop tôt.

    Belle bruyère... belle lumière... je suis gourmande...je pense au miel... yes j'adore le miel de Callune !

    Bisous Ma Gali... belle soirée et douce nuit... en espérant que la tempête se calme! ici ça souffle fort!!!

     

     

    "Ô bruyère, bruyère,
    Je croyais te connaître et je ne savais rien
    De cette odeur mêlée à la rumeur légère
    Qui vient du fond des pignadas, qui vient
    Des longs pays qui sont les tiens, bruyère…

    Je connaissais ta petite âme de chez nous,
    Ta petite âme éparse au pied de chênes roux
    Et de sorbiers déjà couleur d’automne…

    Mais ce rose éclatant, ces violets pourprés,
    Ces épis de corail aux grains serrés,
    Cette lumière en fins grelots qui sonnent,
    Les trouve-t-on chez nous, même l’automne?

    Ici, les pins tendent si haut leurs parasols
    Que les vents de la dune se prélassent
    Et que le soleil joue à pile ou face,
    Librement, sur tes chauds tapis couvrant le sol…

    Et c’est comme une flamme au ras des sables,
    Un couchant rouge et mauve interminable
    Sous les hauts parasols,
    Quand tu fleuris, bruyère…

    Tes fleurs…tes fleurs sont le tapis
    D’un temple ouvert, bourdonnant de prières…
    Entre les piliers bruns, des parfums assoupis
    D’encens et de résine,
    Des parfums d’immortelle et de mousse marine
    Accompagnent le tien, bercé dans l’air…

    Et ton âme d’ici, je la découvre
    De ce wagon-joujou courant près de la mer,
    Au seuil de ces pays roses et verts
    Qui s’ouvrent
    Sur le vert et le rose argentés de la mer"

     

      • Vendredi 10 Février à 20:50

         

         

        Oui tu as raison, la Musique de la Poésie ... Accords parfaits,  alter-ego, indissociables ...

         

        Merci d'écrire les phrases manquantes de ce  poème Only,  la complémentarité n'est  pas seulement virtuelle .

        Je vais goûter le Miel de Callune dès que je le peut !     cool   Merci pour ce gourmand Partage que j'apprécie ...

         

        Après la Tempête, le Calme      yes  

         

        BizOux  Fleuris Sucrés    Et Parfumés  !   

         

         

         

         

         

         

    6
    Lundi 6 Février à 21:56

    Petite brise poétique dans la bruyère...Sublime...Bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :